RIBOZINE 02 : Un pirate sachant pirater

Tiens ? Voilà que je respire ! « Il n’a pourtant pas de nez. » s’efforce de constater l’un d’entre eux ! Je perçois du mouvement, des paroles, des ombres … Ils sont beaucoup à se déplacer autour de moi … « Une quinzaine ! » se félicite une voix non loin de là. « Non ! plus de 17 » renchérit l’autre plus éloignée … tous s’affèrent à leurs tâches, je les entend, je distingue des bruits qui m’inquiètent, ça découpe, ça gratte, ça déchire … doucement je deviens conscient du monde qui m’entoure et je me sens à leur merci … derrière leur calme apparent, cette bande de pirates doit procéder à des activités hautement machiavéliques … « Heureusement qu’il ne nous entend pas » ironise le plus proche … « T’as pas une clope ? » s’égosille alors un dernier … Mince ! Où ai-je pu tomber ? Je ne me souviens de rien, d’ailleurs qui suis-je ? Je me pose des questions sur mes origines, mon rôle dans cette histoire … mais qu’a t-il pu m’arriver ? Je n’ignore pas ce que sont l’art et la littérature, pourtant j’ignore ma véritable identité … peut-être suis-je mort ? Ce serait tellement plus simple si la vie avait un mode d’emploi … est-ce un rêve ? Certainement enlevé par ces brigands dans leur bateau chargé de rhum et de tire-bouchons, je ne sais plus quoi penser … ou peut-être suis-je une sorte d’intelligence artificielle, un programme créé pour pirater les systèmes informatiques les plus complexes … une tripotée d’images de piraterie me trotte en tête, comme une idée fixe, je peux un instant songer à une invasion E.T. ou autre expérience du gouvernement… un coup des pirates !

C’est ce que je supposais jusqu’à ce fameux jour où, d’un œil, enveloppé d’un halo de couleur orange, je fis la lumière sur ma mystérieuse mort qui ne fût en fait que ma naissance, l’auteur ne dépassa guère les borgnes en me faisant don d’un second globe occulaire à l’aide duquel je fis la mise au point sur un monde où l’Ambition, la Motivation et l’Invention étaient maîtres-mots. D’abord couché sur le papier, je me suis réveillé à l’aube de la seconde parution du Ribozine … « Nous l’appellerons Kawaï !» murmura alors l’homme qui m’offrit des yeux et la vision d’un univers où la création rivalise avec l’imagination …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *